TCR Germany – Nürburgring – 05/08/2018.

La prise en main de sa nouvelle voiture a été rapide pour le pilote français. Au volant de la Hyundai i30 N TCR, il signe deux bons résultats dans le Top 10 sur le circuit du Nürburgring, étape qui marquait la 4e manche de l’Adac TCR Germany.

Le Normand pouvait aussi se réjouir de retrouver une auto compétitive, engagée au sein du Hyundai Team Engstler avec l'appui de Hyundai Motor Deutschland et le partenariat majeur de Liqui Moly.

Le ton était donné dès les essais libres que Coicaud concluait par les 2e et 10e chronos. Seule planait une petite incertitude sur la gestion des pneus. « Comme quelques autres équipes, nous avons passé un train de pneus neufs en FP1 » confiait le pilote. « Ça nous a confirmé notre bonne vitesse, mais ça m'enlève une option pour la course. En FP2, sur des gommes usagées, nous n'étions pas si mal sur les longs runs, mais le doute subsiste pour la course avec cette voiture que nous découvrons. »

D'autant que la consommation de gommes fraîches allait continuer en qualification. Coicaud qui avait claqué un 6e temps assez tôt dans la première séance devait reprendre la piste pour ne pas se faire sortir de la Q1 et passer en Q2 (12e temps).

Un départ déterminant

11e sur la grille grâce à un non partant, Théo Coicaud s'élançait parfaitement et bouclait le premier tour en… 8e position ! Si devant lui le trou se faisait petit à petit, il ne tardait pas à devoir défendre chèrement sa position, talonné par l'Audi de Buri Antti, elle-même pressée par la Hyundai de son coéquipier, Luca Engstler. « C'était chaud ! » confirmait le Français. « En défendant, je perdais forcément du rythme. Mais en même temps, il ne fallait pas que je ralentisse Luca et éviter que les autres concurrents ne reviennent au contact. Puis une autre Audi est venue se mêler à la bagarre et ça m’a simplifié les choses.»

Après cette lutte acharnée de plusieurs tours, il finissait par desserrer l'étreinte et prendre un peu d'air pour rallier l'arrivée en 7e position, suite au drive through imposé à la Peugeot #42.

Coicaud à la manœuvre

S'il perdait deux places dans la première courbe après le départ à cause d'un freinage trop tardif mais aussi pour ne pas s'accrocher avec son coéquipier surgi de nul part, le Normand faisait coup double un tour plus tard en effaçant deux concurrents dans une manœuvre spectaculaire : d'abord avec un premier dépassement par l'extérieur, puis en plongeant à la corde dans la foulée, ne laissant aucune chance à son adversaire.

Même combat quelques tours plus tard quand Théo Coicaud disposait à nouveau de deux concurrents pour le gain de la 8e place. Un temps un peu esseulé, il se rapprochait petit à petit du duo qui le précédait, composé de Luca Engstler et Max Hesse. C'est au moment où il allait faire la jonction que la voiture de sécurité entrait en piste, avant le drapeau rouge qui mettait un point final à la course, une barrière de sécurité ayant été trop endommagée par un accident.

« C'est un bon week-end au final » concluait Coicaud. « Notre stratégie pneumatique n’a pas été optimale et nous sommes partis d'un peu loin, mais nous sommes bien remontés à chaque fois, avec une bonne vitesse en course. C'est positif. Je suis content de la voiture en essais comme en course et j’espère que nous serons encore plus compétitifs sur les prochaines manches.»

Prochain rendez-vous à Zandvoort, du 17 au 19 août.