TCR Germany – Red Bull Ring – 09/06/2018.

L'apprentissage du TCR ressemble à s'y méprendre à un chemin tortueux pour Théo Coicaud. Pourtant, tous les ingrédients sont réunis : la voiture est rapide, le team professionnel et la vitesse est toujours là. Mais la sauce peine à monter. Un grain de sable vient toujours contrarier les bonnes dispositions du pilote normand.

Le troisième rendez-vous du TCR Germany qui se déroulait sur l'asphalte autrichien du Red Bull Ring n'a pas dérogé à ce triste constat. Dès les essais libres du jeudi, c'est la surchauffe des freins qui venait gêner la préparation de la course. Dans ces conditions, difficile d'entrer dans le top 10 quand les 20 premières voitures se tiennent en moins d'une seconde !

En qualification, Théo Coicaud s'élançait à une cinquantaine de mètres de son coéquipier Florian Thoma, espérant se calquer sur le rythme de son coéquipier régulièrement classé dans les cinq ou six premiers de l'exercice chronométré. Mais plus rapide que le Suisse dans son tour lancé, il se retrouvait gêné !

Théo-Coicaud-TCR-Germany_Red-Bull-RingAvec le 19e temps des qualifications, Théo Coicaud s'élançait donc au cœur de la meute et se faisait percuter par Niko Kankkunen, lui-même poussé par un autre concurrent. Contact avec le mur et direction faussée, la Golf GTI TCR #27 du Normand finissait tout de même la Course 1 en 18e position, malgré des freins en surchauffe et des disques fissurés à la limite de la rupture.

La Course 2 commençait mal elle aussi. En cherchant le point de patinage sur la grille, Théo Coicaud faisait légèrement bouger sa Golf et la sanction tombait : drive-through. Ressorti dernier, il profitait de la voiture de sécurité pour rester au contact puis gagner quelques places à la relance. Une nouvelle fois touché par un concurrent qu'il dépassait, c'est une crevaison qui douchait définitivement les espoirs du jeune pilote.

« Pas un week-end facile » commentait le natif du Havre à l'issue des deux courses. « Déjà les problèmes de freins n'ont pas aidé. De ce côté, je dois encore gommer mes habitudes de la monoplace où on tape très fort dans les freins. Les TCR sont beaucoup plus lourdes et n'apprécient pas trop… Mais il faut vraiment réussir à tout mettre à l'endroit pour espérer se placer devant, et encore plus ici sur un circuit pas très sélectif. Mon 19e temps en qualif n'est finalement qu'à 8/10e de la pole !

Ma première course est rapidement ruinée par un contact et je me mets tout seul en difficulté sur la deuxième course car je bouge sur la grille. Dommage parce que je fais un très bon premier tour, je remonte 15e avec de beaux dépassements et des temps partiels identiques à ceux de la tête de course. Il faut clairement que j'arrive à éliminer tous ces petits soucis. Si j'arrive à retrouver aussi un peu de réussite, ce ne serait pas plus mal. »

Des petits problèmes et des faits de course qui s'enchaînent et s'assemblent, voilà la recette d'un week-end de course où rien ne va. Il faudra impérativement inverser la tendance au Nürburgring début août qui marquera la mi-saison et éclairer une première année dans une série où le pilote sait qu'il peut faire beaucoup mieux.

T.P.