NEC – Hockenheim – 07/08 octobre 2017

4e du classement général de la NEC 2017, Théo Coicaud boucle sa saison sur un week-end allemand à l'image de la météo locale : maussade. Mais le résultat global de la saison, s'il n'est pas à la hauteur de ses espérances, marque une réelle progression par rapport à sa saison en championnat de France F4, conclue au 7e rang du classement final.

A Hockenheim, tout commence par des qualifications mal maîtrisées. Dans une Q1 pluvieuse à souhait, le team relance son pilote trop tard après une interruption de séance, pensant qu'il reste huit minutes alors qu'il n'en reste qu'une ! Dans l'incapacité de refaire un chrono, Théo Coicaud se retrouve en 14e position alors qu'il tenait le 9e temps avant le drapeau rouge.

En Q2, alors que la piste s'assèche, les pressions des pneumatiques sont mal ajustées et les pilotes R-Ace GP se retrouvent en difficulté. Seul motif de satisfaction pour le Normand, son 12e temps signé devant Charles Milesi et Gilles Magnus, d'habitude plus rapides que lui dans cet exercice.

Deux courses sans grande saveur…

Sur les premiers tours de la Course 1, la lutte est intense dans un peloton où le rythme des pilotes est très proche. Mais une fois les positions acquises, il ne se passe plus grand-chose et Théo Coicaud finit 12e au général et 5e de la NEC.

La Course 2 est un peu plus excitante selon la propre analyse du pilote de la Formule Renault #2. « Oui, c'était mieux surtout au niveau du rythme. Je roulais dans les temps du Top 5 et ça fait plaisir ! »
Accroché par son coéquipier Charles Milesi qui perd le contrôle de sa monoplace dans une tentative de dépassement trop optimiste, Théo Coicaud va malheureusement faire une bonne partie de la course avec la colonne de direction tordue et le volant complètement de travers. Il passe 13e sous le drapeau à damier, soit 7e de la NEC.

Au terme de la saison de la Northern European Cup qui a couronné un autre de ses coéquipier, Michaël Benyahia, le Français tire un bilan mitigé mais se projette rapidement sur la suite : « Globalement il y a eu du bien et du moins bien. Comme beaucoup, j'aurais aimé progresser plus vite pour terminer plus haut. J'ai pu me frotter aux meilleurs sur quelques courses de l'Eurocup et c'est un bon étalonnage. Ça reste une première saison et ça aurait pu être mieux bien sûr, mais je suis là pour apprendre.
Cette petite expérience va déjà me servir puisque dès cette semaine, je suis invité à participer au Junior Programme de la Porsche Carrera Cup France. C’est un programme de détection qui se déroule sur
le circuit Paul Ricard sous la direction du pilote Porsche Patrick Pilet qui comprend pilotage, entretiens et tests physiques. On sera huit et quasiment les premiers à rouler sur les Porsche Cup de 2018, c'est plutôt sympa ! Si ça débouche sur une sélection, ça changera mes projets ! Je vais aussi faire le rookie test FR 2.0 à Barcelone avec le team Tech1, fin octobre, pour une éventuelle participation à la prochaine saison de l'Eurocup.
Enfin je devrais faire la Toyota Racing Series en Nouvelle-Zélande, en  janvier/février de l'année prochaine. C'est un peu comme la FR 2.0, un poil plus performant, et ça se déroule d'un bloc en 5 week-ends continus avec 3 courses à chaque fois. Un programme chargé mais parfait pour progresser. A partir de là, j'en saurai plus sur la suite… »