NEC – Assen – 5/6 août 2017
Sentiments mitigés pour Théo Coicaud à l'issue de la deuxième manche de la Northern European Cup. Les temps sont bons, mais les résultats ne suivent pas. Il ne manque pourtant pas grand-chose…

A 9/10e de la pole en Q1, dans les mêmes temps en Q2 et voilà comment le pilote de la FR 2.0 du team R-Ace GP se retrouve à partir 8e pour les deux courses. Pas la meilleure position sur un circuit où les dépassements sont rendus difficiles par une piste très sale dès que l'on pose les roues hors trajectoire.

Course 1 : une répétition pour la suite…

Toujours prompt à prendre un bon départ, Théo gagne une place au détriment de l'un de ses co-équipiers, Michael Benyahia, qui reprend sa position au prix d'un premier freinage féroce. La suite va s’apparenter à une longue procession sans grand bouleversement au classement tant les rythmes sont proches. Le pilote de la Renault frappée du n°2 tourne à seulement 3/10e du vainqueur du jour, Neil Verhagen, c'est dire !

« J'ai passé toute la course dans les échappements de Michaël » confirme le pilote normand. « Mais à trois tours de l'arrivée, je fais un tête-à-queue et Gilles (Magnus) qui avait été pénalisé par un drive through me repasse. Je salis mes pneus et c'est fini. Je termine 8e. Reste mon meilleur temps en course qui n'est pas si mal. »

Même combat, même résultat !

Même départ ! Une place de gagnée et reperdue au premier virage. Même suite ! Avec de nombreux tours dans le sillage de Michael Benyahia, jusqu'à la panne de Charles Milesi qui s'arrête en mauvaise posture sur la piste et provoque la sortie de la voiture de sécurité. Une opportunité se présente enfin comme le précise Théo Coicaud. « Au restart, je suis vraiment près de Michaël, mais je suis surpris car il freine très tôt. Je mets un coup de volant pour l'éviter et je traverse la chicane. Je termine 7e à la faveur d'un abandon, mais bon, rien de satisfaisant. Des essais sont programmés avec le team à Spa. Il va falloir que je travaille sur la constance pour garder un rythme élevé sur les longs runs. »

Après deux manches et quatre courses, Théo Coicaud pointe à la 6e place du Championnat, à 21 points du leader Gilles Magnus. Rien d'alarmant, mais il ne faudra pas tarder à retrouver le podium.